Partagez | 
 

 Tuer ou être tué. | Jenna.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

MessageSujet: Tuer ou être tué. | Jenna.   Ven 9 Déc - 4:58

Dans toute vie, arrive un stade où plus rien ne compte excepté la survie. A n'importe quel prix. Les amis n'existent plus, les ennemis sont nombreux. Seul persiste l'instinct qui, profitant de sa position, n'avait aucune pitié. Aucune erreur n'était admise. Survivre. Seul verbe ayant de l'importance. Tout tournait autour. Rien d'autre. Survivre, survivre. Après tout, que pouvait-on avoir de plus ? Les sentiments nous étaient interdits et arrivé à un stade, ils n'existaient même plus. Le pire était l'absence de sensation. Tuer quelqu'un ou cuisiner avait le même effet. La mort comme la vie n'avait aucun attrait alors on survivait dans un monde où tout nous était proscrit.

Comme tout vampire normalement constitué et doté d'une conscience même la plus petit possible il était arrivé à Cassandra de passer par cette étape. Avec quelques siècles d'existence c'était obligatoire. Cependant, si à cette époque elle errait jour et nuit n'ayant aucun scrupule à tuer la première personne qui croisait son chemin c'était depuis longtemps révolu. Cassandra ne pouvait se rappeler avec exactitude le même où elle avait repris goût de vivre, de goûter au sang humain parfois si onctueux et où le jeu avait réellement commencé. Le jeu. La base de toute une vie de vampire. Utiliser les humains comme des ustensile, le jeter après utilisation mais surtout, les détruire le plus possible pour qu'ils souffrent comme eux, vampires, on souffert au moment de leur transformation. Une vengeance, voilà ce que c'était. Évidement leur expliquer n'aurait pas servi à grand-chose et ils n'étaient pas réellement coupables mais pour Cassandra, ressentir leur peur, leur souffrance était obligatoire. Tout du moins le moment où le jeu était devenu son obsession. Car, comme celui de la survie, ce stade là Cassandra l'avait dépassé. Il n'était pas parti aux oubliettes, c'était impossible, c'était dans sa nature, mais il avait au moins le mérite de ne plus être omniprésent.

Aujourd'hui Cass' était bien loin de la jeune humaine d'il y a longtemps. Physiquement comme psychologiquement. Ses cheveux, toujours de la même couleur, étaient plus courts, son regard s'était fait plus sage, plus intelligent, plus froid, plus calculé alors que sa taille, elle, n'avait malheureusement pas eu le bon sens d'augmenter. Enfin, c'était comme tout on s'y habituait. Assise sur le sol froid des pierres tombales Cassandra montrait qu'elle n'avait aucun scrupule à troubler le sommeil des morts. D'un côté, ils avaient de la chance d'être mort. D'un côté car la jeune femme qui faisait moins que son âge n'aurait échangé de place pour rien au monde. L'air frais lui aurait manqué et le soleil brûlant aussi. En fait, un tas de choses. Le sol froid justement. Elle adorait cette sensation de glace qu'il provoquait lui donnant l'impression d'être dans un pays glaciaire à la recherche d'un ourse polaire tel un grand savant. Cassandra pouvait s'imaginer courant dans les neige, riant aux éclats alors que sa mère criait pour qu'elle revienne. Si elle se concentrait longtemps la brunette pouvait entendre sa voix. Autoritaire, aimante, une mère idéale pour une fille têtue, irresponsable et téméraire. Levant les yeux vers les étoiles qui brillaient dans le ciel noir le regard de Cass' semblait s'adresser à celle qui l'avait mise au monde.Pourquoi était-elle devenue prédatrice des prédateurs ? Car, au fond, c'était cela.

Dans la nature humaine, peu de choses étaient bien volontiers avouées sans doute par crainte qu'un sentiment de honte trop important ne s'empare de ces pauvres innocents, ou pseudo-innocent. Pourtant, c'était bel et bien vrai : les hommes étaient des prédateurs. Depuis la nuit des temps ils l'avaient prouvé tuant, traquant des animaux et même certains de leurs semblables. Ils aimaient ça, la guerre était quelque chose de très populaire à l'époque de Cassandra. Des hommes mourraient chaque jour sur le bûcher et, pour l'évènement, de grandes fêtes avec lui. Se réjouir de la mort de quelqu'un qu'on a suivi sans relâche était quelque chose de bien. Plus maintenant. Non, loin de là. Cassandra avait vu les hommes se mettre des lois pour s'empêcher eux-mêmes de revenir à leurs instincts primaires. Ils s'étaient cultivés, avaient jetés un voile sur leur nature pointant du doigt ceux qui osaient le lever. Au fond, personne n'était dupe. Pour les vampires c'était encore pire. Un homme pouvait se vanter de pouvoir se nourrir sans commettre de mettre, sans même faire de mal mais pour eux c'était tout bonnement impossible. Alors ils étaient obligés, ils le faisaient pour vivre tout début, puis pour survivre.

Tuer ou être tué, telle est la règle.
Revenir en haut Aller en bas

Jenna Sommers

Adminavatar

Messages : 30
Date d'inscription : 19/11/2011
MessageSujet: Re: Tuer ou être tué. | Jenna.   Ven 9 Déc - 8:45

Il faisait froid. C'était un fait, et encore plus horripilant lorsqu'on pensait que l'on pouvait être au chaud devant une tasse de chocolat chaud avec un logo stupide offert par de stupides copains de fac. Encore plus horripilant lorsqu'on avait qu'une envie : se retrouver à des lieues de ce cimetière froid et sinistre.

Je n'avais jamais aimé les cimetières. Qui aimait ça d'ailleurs ? Quitte à être quelque part, autant que ce soit dans un bar entouré de beaux jeunes hommes. Vivants, les beaux jeunes hommes. Je m'étais toujours dis que si quelqu'un qui m'était cher mourrait, je n'irais jamais sur sa tombe. Ce n'était pas le souvenir qu'on voulait garder de quelqu'un, un bout de pierre froide et sans vie, quelques mots gravés qui résument une existence. C'est d'un tragique.

Je préfèrais faire honneur aux morts en vivant pour eux. En me disant que chaques instants dont je profite, ils auraient pus le faire aussi. De cette façon, je faisais en sorte d'être le plus heureuse possible. Ou en tout cas, de toujours trouver l'humour là où tout semblait perdu.

Mais ça, c'était en théorie. En pratique, lorsque ma soeur était morte, j'avais passé des jours et des jours sur sa tombe. Sans pleurer, juste à me demander ce qu'elle aurait fait si elle était toujours en vie. Peut-être qu'elle serait entrain de préparer ses délicieuses lasagnes, ou peut-être serait-elle entrain de lire un livre, elle aimait tellement ça. Quel parfum porterait-elle ? Elle aimait les odeurs fruitées et fraîches, et adorait le chevrefeuille. Elle porterait surement autours du doigt son alliance magnifique. Elle la porte sûrement encore.

Et même si les semaines avaient passées, je ne pouvais m'empêcher de revenir sur sa tombe de temps en temps. Retirer le bouquet de roses blanches que j'avais moi-même déposé, et en mettre des autres. J'avais l'impression que je trahirais quelque chose si j'arrêtais de venir.

Je me redressai, en me frictionnant les bras. J'avais beau porter une veste, il faisait vraiment froid, et le vent n'arrangeait rien. Je saisis d'une main le vieux bouquet et décidai que mon petit moment déprime de la semaine avait cessé. Il ne fallait pas abuser des bonnes choses. Que j'étais drôle.

Dès que je quittai la tombe de ma soeur, je me sentis mal. Non pas que j'avais peur des cimetières, mais passer devant toutes ces tombes d'inconnus morts dans je ne savais quelles étranges circonstances, cela avait de quoi donner un coup au morale. Et au trouillomètre. Je pressai le pas, regardant aux alentours. Soudain, j'aperçus une silhouette au loin. Une chevelure brune qui me paraissait bien familière. Je m'approchai à grand pas, inquiète. Etait-ce Elena, assise comme ça sur une stèle ?

- Elena ?

Je me rendis compte de mon erreur à seulement quelques mètres de la jeune fille.

- Oh, désolée, je vous ai prise pour quelqu'un d'autre, dis-je en souriant.

Mon sourire s'effaça quelque peu devant le regard profond de la très jeune femme. Elle avait un très beau visage, et sa petite taille lui donnait un air un peu enfantin. Mais ses yeux criaient le contraire, et c'était un peu déroutant. D'ailleurs, s'asseoir sur une pierre tombale comme si on allait pick-niquer, c'était déjà un peu spécial. J'haussai les épaules, me reprenant avec un rire nerveux :

- Drôle d'endroit pour... pour se reposer, dis-je plus pour me détendre que pour nouer un contact.

Soudain, je me coupai à une des épines des roses blanches fanées que je tenais en main. Je poussai un soupir contrit, avant de porter mon doigt à mes lèvres. Un goût horrible de fer envahis ma bouche et je grimaçai. Je détestais vraiment le sang.

- Je suis vraiment maladroite..., dis-je plus pour moi même que pour la jeune brune. Enfin... Bonne journée !

J'ignorais pourquoi, mais je me sentais de plus en plus angoissée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tuer ou être tué. | Jenna.   Ven 9 Déc - 9:30

Le temps n'avait pas beaucoup d'emprise sur Cassandra. C'est pourquoi elle était incapable de dire depuis combien de temps elle était là. Quelques heures sans doute, les cimetières étaient, par excellence, les endroits où l'esprit de Cass' se sentait plus libre. Ils se ressemblaient tous, froids, sombres comme tirés d'une scène de film d'horreur. Les quelques personnes qui y passaient étaient fou ou venaient de perdre un proche. Elle-même se mettait dans la catégorie des « fous ». Certes, elle avait perdu des proches. Combien ? Elle n'aurait su le dire mais plus que la plupart des humains à moins qu'ils soient particulièrement mal-chanceux. Mais Cassandra ne les pleurait pas car elle savait qu'ils ne l'auraient pas voulu et elle-même trouvait que c'était une perte de temps. A quoi bon ? Ils étaient morts, rien ni personne ne les ferait revenir. Pleurer ne ferait pas atténuer la douleur et ne lui permettrait encore moins de les oublier. Alors elle restait, les yeux secs.

Alors que la jeune femme allait se lever pour quitter le cimetière dans le but d'aller se nourrir elle aperçut une silhouette se diriger vers elle. Un sourire hautain apparut sur ses lèvres, qui que soit l'inconnue elle allait regretter de croiser le chemin d'un vampire. Mais enfin, si le repas venait de lui-même ce n'était pas Cassandra qui allait s'en plaindre. L'ouïe d'un vampire étant plus fine que celle d'un simple humain la jeune femme était capable d'entendre ses pas. Fermant les yeux elle laissa le claquement de ses chaussures contre la terre froide se répercuter dans ses oreilles, telle une promesse. Lorsque le bruit fut assez proche le visage de la vampire changea en moins d'une seconde. Un sourire poli apparut sur ses lèvres et on aurait presque pu la croire innocente. Il faut dire qu'elle était assez douée pour jouer la comédie. Ensuite, Cassandra rouvrit les yeux en essayant d'associer un nom au visage. Évidemment, rien ne lui vint. Elle venait d'arriver et prétendre connaître tout le monde aurait été un gros mensonge. Oh, elle avait peut-être quelques noms en tête, ceux qu'on retrouvait dans toutes les villes : même nom, même caractère, même sale réputation, même avenir. Rien d'autres. D'ailleurs, pour qu'une personne soit digne d'attention il fallait qu'elle ne se fasse pas tout de suite remarquer. Tel était la philosophie Ainsworth.

Qu'y avait-il de plus frustrant ? De plus horrible que de voir son prénom prononçait par une bande de commères prêtes à tout pour s'attirer l'intérêt d'un nouveau venu ? L'ombre était de loin préférable. Observer, se taire et frapper. D'une simplicité enfantine, le tout c'était de rester discret. Sans pour autant se faire passer pour l'abruti muet de service, cela allait sans dire.

- Elena ?

A quelque mère d'elle la mystérieuse inconnue venait d'ouvrir la bouche. Elena ? Cassandra prit un air intrigué. Non, vraiment, elle ne s'appelait pas Elena (qui aurait voulu porter un nom aussi banal ?) et elle ne voyait même pas qui cela pouvait-il être. Affichant un air désolé (après avoir décidé qu'elle avait assez joué sur la curiosité) elle fit mine d'être l'innocence incarnée. Innocence. Encore et toujours.

- Oh, désolée, je vous ai prise pour quelqu'un d'autre.

La femme de quelques années de plus qu'elle à première vue souriait lorsqu'elle prononça ses mots et Cassandra crut bon de répondre à ce signe de politesse. Son sourire ne bougea pas lorsqu'elle vu celui de l'inconnue fondre à vitesse grand V. Quelque chose clochait. Oui, et cette dame venait simplement de le remarquer. Dommage pour elle, c'était trop tard. Beaucoup trop tard, conclut mentalement Cassandra en la voyant reprendre la parole avec un haussement d'épaules et un rire nerveux. Elle ne venait pas de signer son arrêt de mort, c'était pire.

- Drôle d'endroit pour... pour se reposer.

C'est à ce moment que Cassandra décida d'éclater de rire pour rendre la situation un peu angoissante. Ce genre de rire mi-vrai mi-faux. On ne sait pas bien pourquoi il est là, on hésite entre rire aussi et partir en courant. Le rire préféré de Cass' qui trouvait un malin plaisir à voir ses victimes ou futures victimes à prendre un air angoissé contre leur volonté. Un éclat de rire récompensé car la mystérieuse inconnue eut la bonne idée de se couper. Ah ! C'était ça de ne pas savoir tenir des roses. Cependant il fallait bien avouer que ce n'était pas cela qui préoccupait la vampire. Du sang. Une si bonne odeur, si fraîche. Cassandra dut faire appel à toutes ses années d'expérience pour ne pas lui sauter dessus. Du sang, elle en voulait.

- Je suis vraiment maladroite.

Ça, elle pouvait le dire.

- Enfin..Bonne journée !

Fin du premier acte, début du deuxième : entrée de Cassandra.

Pour bien commencer, et comprenant que son repas avait l'intention de partir sans même qu'elle n'ait pu l'entamer Cassandra se leva avec un grâce surnaturelle. Comme ses cheveux qu'elle avait attachés quelques minutes auparavant, n'avaient pas l'air de vouloir tenir en place elle les laissa tomber d'une geste net et précis pour enlever le ruban bleu qui les lui attachait.

- Je vous prie de m'excuser. Je suis consciente de ne pas être de la meilleure compagnie possible. Petite pause marquée par un sourire hypocrite à souhait. Les cimetières ne sont pas les meilleurs endroits possibles pour se rencontrer. Cependant, Cassandra tendit sa main à l'inconnue. Cassandra Ainsworth, nouvelle venue, enchantée.

Enchanter. Le mot était le bon.
Revenir en haut Aller en bas

Jenna Sommers

Adminavatar

Messages : 30
Date d'inscription : 19/11/2011
MessageSujet: Re: Tuer ou être tué. | Jenna.   Sam 10 Déc - 5:33


L'ambiance changea du tout au tout lorsque mon sang se mit à couler. Je ne le remarquai qu'imperciptiblement, mais l'atmosphère se glassa un peu plus et des nuages se dépècherent d'assombrir encore un peu plus le ciel. J'avais l'impression d'être dans un vieux film sans contraste.

La jeune femme éclata d'un rire à vous glasser le sang. Si cela avait été un film d'horreur et que j'étais paisiblement dans mon fauteuil avec un paquet de pop-corn, j'aurais éclaté de rire. Ca ne paraissait jamais assez réaliste, le sang, les cris, les méchants ne l'étaient jamais assez. Pourtant, je pouvais vous dire que ma conscience me criait que là : c'était bien trop réaliste.

Ma raison par contre prenait le dessus, et je masquai mon regard inquiet sous un sourire poli. Elle ne m'avait rien fait après tout, elle était simplement un peu... étrange. Ce n'était pas un crime, d'être étrange, si ?

- Je vous prie de m'excuser. Je suis consciente de ne pas être de la meilleure compagnie possible.

J'haussai un sourcil blond, mais continua de sourire. Même s'il était crispé. Je ne comprenais pas pourquoi elle me retenait. Peut-être connaissait-elle Elena ? Elles devaient avoir le même âge. Cela expliquerait pourquoi elle semblait vouloir poursuivre la conversation, car je ne voyais aucunes autres raisons à vouloir aborder une inconnue dans un cimetière. Surtout après avoir éclater de rire comme si elle allait m'égorger.

- Pas de soucis, dis-je d'un tont un peu plus sec cette fois-ci.

Je devais y aller, et allait à nouveau faire demi tour lorsque sa voix onctueuse me ramena à nouveau face à elle. Je ne souriais plus, j'avais envie de m'en aller, et cette jeune fille me gênait. Je ne voulais pas savoir le pourquoi du comment, j'avais juste envie de la laisser sur sa tombe et de m'en aller.

- Les cimetières ne sont pas les meilleurs endroits possibles pour se rencontrer. Cependant...

Cependant tu allais quand même m'obligée à rester dans le froid, dans un cimetière, juste parce que tu avais envie de faire la conversation à quelqu'un. D'ailleurs, ce détail me sauta aux yeux : elle avait l'air d'avoir tout son temps, comme si elle n'avait rien d'autre à faire de la journée. Hors toute personne normalement constituée à TOUJOURS quelque chose à faire. Ou en tout cas ne passe pas son temps libre sur la dalle d'une tombe. Logique. De plus, elle ne semblait pas du tout avoir froid. Moi qui grelottait presque, elle me donnait encore plus froid. Je trouvais cette jeune de plus en plus bizarre.

- ... Cassandra Ainsworth, nouvelle venue, enchantée.

Je souris par politesse et serra la main qu'elle me tendit, mais pas la bonne, car l'autre saignait encore un peu. Je me promis de retenir ce prénom, il me semblait que je n'en avais finie avec elle. Drôle d'impression.

- Jenna Sommers. J'espère que la ville vous plaît. Je dois vraiment y aller, on se reverra sûrement.

J'avais dis cela d'un tont ferme, même si je n'en menais pas large. J'avais toujours cette angoisse au fond du bide que je n'expliquais pas, mais qui me poussait à quitter le cimetière le plus vite possible. Je me détournai de la jeune fille faisant disparaître mon sourire. En soupirant, je marchai jusqu'à l'allée centrale.

Sans savoir pourquoi, j'accélérai précipitamment le pas. J'avais l'impression fugace de retomber en enfance, seule dans ma chambre sombre, persuadée que le diable me fixait le dos de ses yeux rougeâtres. C'est le genre de sensation qu'on oubliait pas, lorsque nos épaules nous chatouillaient tellement la présence nous dérangeait.

J'accélérai encore le pas, et me mis à courrir avant même de m'en rendre compte. Je me serais peut-être sentie ridicule, si je n'avais pas eu le coeur qui battait autant et une terreur sourde qui me hérissait les poils. Il fallait que je sorte de ce cimetière.

Coûte que coûte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Tuer ou être tué. | Jenna.   Mar 20 Déc - 1:02

[Désolée pour le retard. ><]
Cassandra devait le reconnaître elle n'était pas tout le temps de la meilleure compagnie. Cependant il fallait la comprendre, ne pas pouvoir dire qui on était vraiment ne rimait que très rarement avec bonne humeur. Le mensonge dirigeait sa vie, sans lui laisser opportunité de dire quelque chose, de s'y opposer. Après tout, si la mort ne l'avait encore attrapé c'était pour cela. Mentir signifier vivre pour les vampires et Cassandre n'était malheureusement pas l'exception qui confirmait la règle. Bien au contre elle avait du plaisir à se montrer comme étant l'exemple même de cette horreur, cette infamie qu'on nommait vampire. D'ailleurs Cassandra avait eu beau chercher l'origine du mot elle ne la trouvait pas. Il y avait plusieurs thèses, des théories fumeuses données par des cultes passionnés qui deviendraient des sectes mais rien de concluant. Pourtant le mot ne pouvait pas être apparu comme cela, dans un claquement de doigts non ? Non, Cassandra avait décidé que non alors ce n'était pas le cas.

La jolie brune plus morte que vivante avait bien remarqué l'effet de son rire sur son interlocutrice qui, elle, pétillait de vie par sa peur et ses sentiments ô combien humains. Si elle avait encore été humaine Cassandra aurait sans doute ressentit une pointe de fierté en voyant sa réaction. Mais, aujourd'hui, cela ne lui faisait ni chaud ni froid. La fierté, c'était beau un jour mais le lendemain plus fade que tout. C'était comme si rien ne s'était passé, comme si le temps enlevait cette sensation et finissait par nous rendre honteux. Cassandra haussa mentalement les épaules. Après tout cette inconnue avait eu raison d'avoir peur, ce n'était pas un rire banal et très peu de personnes l'appréciait. Et puis, c'était une question de principe, on ne riait pas dans un cimetière.

- Pas de soucis.

Cassandra sourit en montrant ses magnifiques dents blanches, meurtrières. Pas de soucis. Vraiment, qu'est-ce qu'elle mentait mal ! Elle n'avait qu'une envie : repartir en courant et sa voix, si sèche, semblait douce aux oreilles de Cassandra. Elle aimait ressentir la peur, le sang de personnes terrorisés avait meilleur goût, un tout petit plus sucré. Enfin, la vampire essaya de chasser ces pensées de son esprit car, et il ne fallait pas l'oublier, la jeune inconnue était blessée. Heureusement que Cassandra avait des siècles d'expériences sinon elle ne serait surement pas entrain de parler.

Voyant que le sourire de son interlocutrice fondait à vu d'œil Cassandra se permit de faire de même. Au diable la politesse après tout. Tout ce qu'elle voulait c'était son sang, qu'il coule entre ses lèvres, que ses dents mordent et se plantent dans sa peau si douce.

- Jenna Sommers. J'espère que la ville vous plait.

A vrai dire non. Cassandra trouvait cette ville et surtout trop louche pour qu'elle souhaite y rester. Cependant, tant qu'il ne lui arrivait rien et qu'elle ne se trouvait pas en position de faiblesse elle ne comptait pas partir. Surtout maintenant qu'elle venait de faire la connaissance de ladite Jenna qui était entrain de lui serrer la main. Cassandra l'aurait bien poussée vers elle pour pouvoir mordre mais, encore une fois, elle se retint. Chaque chose venait en son temps.

- Je dois vraiment y aller. On se reverra surement.

Se revoir ? Pas plus tard que dans quelques secondes songea Cassandra en voyant Jenna se détourner pour partir. Qu'elle soit pressée ou non, qu'elle ait réellement une raison de partir n'était pas quelque chose de très important pour Cassandra. Enfin, puisqu'elle y tenait, qu'elle avait vraiment envie de précipiter les choses Cass' allait le faire. Et avec plaisir même, un de ses plaisirs malsains qui font frisonner ceux qu'on nomme des âmes sensibles. De toute façon Cassandra ne comptait pas tuer Jenna. Elle avait besoin d'un humain pour se nourrir tout au long de sa venue à Mystic Falls. Jenna ferait l'affaire, ensuite ; elle pourrait vivre sa vie tranquillement essayant d'oublier les cauchemars qui ne manqueraient pas de la hanter.

Tendant l'oreille Cassandra entendit les pas de sa nouvelle amie se précipiter dans le cimetière. Oui, elle se dépêchait, elle voulait absolument en sortir. Non, elle n'y arriverait pas. Cassandra était bien plus forte, bien plus dangereuse pour qu'une simple humaine arrive à la semer. Souriant, Cassandra se mit en chasse.

Il ne lui fallut pas plus de deux secondes à Cassandra pour se retrouver devant Jenna qui courrait à en perdre haleine. Le cimetière était toujours désert et, outre le fait que l'obscurité donnait une petite touche glauque au moment, Cassandra savait que sa présence ne ferait qu'une chose : inciter Jenna à courir plus vite.

- Tu ne comptais pas partir comme ça ?, demanda Cassandra avec un rire cristallin.
Jenna était perdue, il fallait qu'elle le comprenne avant de le ressentir. C'était primordial.
Revenir en haut Aller en bas

Jenna Sommers

Adminavatar

Messages : 30
Date d'inscription : 19/11/2011
MessageSujet: Re: Tuer ou être tué. | Jenna.   Mer 11 Jan - 9:43



Le souffle court, je courrais à perdre haleine, comme si rien d'autre ne comptait. En l'occurence, c'était le cas. Des sueurs froides coulaient dans mon dos tandis que mon pouls s'accélerait. J'ignorais pourquoi la jeune fille brune créait chez moi cette sensation de terreur - d'ailleurs, je préferais amplement ne pas le savoir, car je préssentais que cela n'allait pas me plaire - mais l'heure n'était plus aux questions. Elle était à la peur et aux doutes, à l'effroi et à l'incompréhension. J'avais l'impression de ne plus rien savoir d'autre que mes pieds frappants les graviers du cimetière de mystic falls, mon souffle créant des ronds de fumée.

Mes poumons semblaient être en feux. Je n'avais jamais été très douée pour la course à pied, et j'étais déjà étonnée d'avoir pus parcourir une telle distance sans ralentir et surtout, sans me retourner. La jeune fille ne m'avait pas semblée bien grosse ni bien musclée, mais j'ignorais pourquoi, l'impression que désormais les apprences ne comptaient plus vinrent effleurer désagréablement mon esprit cartésien.

Je trébuchai une fois, le pied coincé dans une racine. Cette chutte aurait pu me faire entendre raison quant à la façon ridicule dont les choses tournaient. J'étais dans ce cimetière, comme souvent. J'avais apporter des fleurs. Quoi de plus normal. Ensuite, cette jeune fille que j'avais croisée, m'avait saluée. Je m'étais coupée...

Je me redressai directement, continuant ma course plus vite que jamais, ou en tout cas, c'était l'impression que j'avais. A nouveau, la sensation d'être l'héroïne d'un film d'horreur me saisit aux tripes, et j'eus presque les larmes aux yeux. C'était stupide, c'était impossible. J'allais sortir de ce cimetière, prendre ma voiture, rentrer chez moi et me faire une bonne tasse de café serré. Avec un peu de sucre. Et un peu de chantille aussi.

Et puis, depuis quand ce cimetière était-il aussi désert ? D'accord c'était un lieu remplis de morts, mais bon, un peu de respect, personne n'avait une vieille tante decedée ayant laissé un héritage salé à remercier ? Un papi aimant à visiter ? Non, le cimetière était désespérément vide. Désespérément.

Pour une fois, j'osai regarder derrière moi, et ce que je vis m'inquièta encore plus que si je n'en avais rien fais. Il n'y avait rien. Ni personne. Je ne savais plus qui avait dis que la plus grande peur de l'homme était l'inconnu, mais il devait être bien inspiré ce jour-là. J'ignorais à quoi je m'attendais exactement, mais pas à courrir pendant une heure pour ne rien trouver derrière moi. Mais se retourner et courrir en même temps, n'étaient pas des choses qu'un humain pouvait se permettre naturellement. Je tombai une deuxième fois à terre, mais cette fois-ci, beaucoup plus violemment. Les graviers écorchèrent mes bras et mes jambes jusqu'au sang. Je grimaçai de douleur, et celle-ci me fit oublier, durant quelques instants la terreur d'il y a quelques secondes.

Je n'étais plus très loin du grand portail de fer marquant la fin du cimetière. Mais quelque chose, peut-être une macabre curiosité, me poussa à rester là, à moitié couchée sur les graviers froid de ce début d'hiver. Tout semblait calme. Seul mon coeur battait et remplissait de son bruit répétitif et rassurant les alentours macabres.

Soudain, un nuage d'oiseau quitta un arbre près du cimetière en jacassant comme si quelqu'un les en avait chassé. Cela attira mon attention quelques secondes. Quelques secondes de trop
.

- Tu ne comptais pas partir comme ça ?

Mes yeux roulèrent jusque Cassandra. Je la dévisageai, le souffle court, j'halètais et tremblais de partout. Son visage s'était métamorphosé, laissant aparaître toute la cruauté de sa nature. Je me dis que je n'avais jamais dû voir quelque chose d'aussi horrible de toute ma vie.

- Qu'est ce que ...

"... tu es." mais je n'eus pas assez de courage pour terminer ma phrase. Entendre ma voix brisée comme elle était face à une gamine remua en moi un peu de révolte. Je baissai la tête. Je n'étais pas une de ces blondasses hurlant à tord et à travers. Je me levai d'un coup et lui envoyai une poignée de gravier dans la figure, avant d'essayer de me relever. Essayer.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tuer ou être tué. | Jenna.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tuer ou être tué. | Jenna.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kura, un être né pour tuer... [Validé]
» Tuer Mordirith (trait Bravoure) (Reporter)
» Tuer sans faire de bruit, facile non ? (PV Alya Sai)
» Omar m'a tuer
» L'alcool peut tuer et une envie de pipi sauver une vie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Mystic Falls :: Cimetière de Mystic Falls-