Partagez | 
 

 L'homme est un loup pour l'homme. (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Charlie Rosenberry

Humainavatar

Messages : 87
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 23
Localisation : Mystic Falls
MessageSujet: L'homme est un loup pour l'homme. (PV)   Sam 17 Déc - 11:50


Cela ne faisait pas si longtemps que mes pas arpentaient la petite ville de Mystic Falls. Quel nom bien choisit, soit dit en passant. Il y avait des années de cela, jamais je n'aurais cru me retrouvée, moi et mes seize ans à peine, perdue dans une ville qui l'était tout autant. Malgré mon âge, personne ne s'était posé de questions, à Mystic Falls. J'avais prétendu que j'étais venue ici rejoindre un parent quelque, ancien oncle de la famille, mais je m'étais établie dans une auberge de jeunesse du coin. Je vivais sur l'héritage de ma famille, mais il me fallait absolumment trouver un moyen de payer tout ça...

Bien entendu, trouver un logement et un travail n'étaient pas les seules choses qui se devaient d'être reglées. Je n'avais pas encore croisé de vampires, ou quelques autres choses munis de crocs dans cette ville, ce qui m'étonnait assez. Je savais qu'ils étaient là, et m'étonnai qu'il n'y ai pas plus de meurtres sanglants à l'horizon. J'avais assez traversé de régions ou ils étaient présents pour savoir qu'ils ne se privaient habituellement pas de ce genre de petits plats.

De plus... Le temps pressait. J'attendais avec impatience le bal des fondateurs, durant lequel j'allais enfin pouvoir faire bouger mes pièce sur l'échequier géant de Mystic Falls. Car toutes mes recherches m'avaient menées ici, comme un point luminescent pour tous les vampires du Pays. Et il semblait que je ne m'étais pas trompée. Bientot, j'allais entrer dans la ronde folle de cette ville, et je pouvais avouer sans grandes hontes que j'en étais à la fois impatiente et angoissée. Qui pouvait prévoir les réactions en apprenant mon histoire, et les révélations que j'avais à faire ? Sûrement comme dans une de ces séries policière dramatiques, avec les mines accablées et attérées, et la musique angoissante.

Mais ce n'était pas à l'ordre du jour. Les habitants et les vampires de Mystic Falls allaient devoir attendre encore un peu avant de me rencontrer. J'avais déjà croisé Elena Gilbert dans les couloirs, et je n'avais pus m'empêcher de nous comparer. Nos traits, nos cheveux, nos yeux... Comme il était étrange de se promener à quelques pas d'elle sans qu'elle sache quoi que ce soit...

Je reposai ma serviette contre le mur, et décidai de faire une pose. J'avais beau n'avoir que 16 ans, je savais pourtant à quoi m'en tenir en venant ici. Ainsi, je n'étais plus la petite gamine sans défense d'il a quelques années. Je m'étais endurçie, mentalement et physiquement. J'avais affronté quelques vampires, heureusement avec de l'aide. J'avais la présence d'esprit de ne pas me croire capable de massacrer n'importe quels suceur de sang ou chiot à poil long surgissant devant moi. Mais j'avais des armes insoupçonnées, et je savais drôlement bien m'en servir.

Je ne tenais pas à me ramollir une fois à Mystic Falls. Je m'étais donc glissée dans le gymnase, une heure auparavant, sous la pluie ruisselante qui tapait sur le toit de l'établissement. Après avoir fais quelques longueur dans la piscine glacée, je m'étais vite résolue, et j'étais passé à mes échauffements. J'avais passé des minutes entières à étirer mes muscles, à chauffer mes tendons et à assouplir mon corps entier. Je me sentais plus vivante et présente que jamais. Dehors, la pluie continuait à taper sur les carreaux du gymnase.

Je portais un petit short bleu marine et un t-shirt gris large que j'avais piqué à un des mecs du dortoir. (propre, j'avais vérifié..) Je fixai mon reflet dans le miroir face auquel je m'entraînais. Mes cheveux d'habitude chatain clair et brillant, étaient foncés par la sueur et attachés en une couette serrée. Mon visage brillait, tout comme mes yeux bleus. Tout d'un coup, j'eus envie de retourner chez moi. Dans ma maison, dans mon lit, et serrer mon ours en peluche dans mes bras. Puis je me rendis compte que ce chez moi n'existait plus. Mes parents, ma grand-mère, tout ce qui avait fais que je me sente chez moi quelque part avait disparu. C'était triste.

Histoire de fuir toutes ces pensées noires, je me mis à enchaîner les figures, donnant coups de points et coups de pieds à un invisible adversaire. Je me démenais comme une diablesse lorsqu'au détours d'un enchaînement, je faillis envoyer mon pied dans la figure de quelqu'un. C'était assez surprenant de rencontrer une personne alors que le soleil se couchait, que la pluie en aurait découragé plus d'un et que, de plus, l'école était censée être fermée.
Je perdis l'équilibre en l'évitant, et me rattrapai en un joli rouler-bouler digne d'une cascade de série américaine. Assise sur les fesses, la tête dans les mains, je fis ralentir les battements de mon coeur. Je soupirai de soulagement de ne pas avoir éborgner l'inconnu.


- A un cheveux près et il perdait un oeil celui-là, bredouillais-je pour moi-même en me relevant.

Lorsque je vis que la personne en question devait être plus agé que moi de quelques années seulement, un léger filtre rouge passa sur mes joues tandis que je tirai un peu sur mon short.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wyatt Allen Walker

Modérateuravatar

Messages : 13
Date d'inscription : 06/12/2011
MessageSujet: Re: L'homme est un loup pour l'homme. (PV)   Mer 1 Fév - 12:52

Quand le vieux garde forestier était venu quérir mon aide pour aller nourrir les loups dans la forêt, parce que son rhumatisme l'empêchait d'aligner trois pas sans se courber de douleur, je n'avais pas hésité une seule seconde. Je ne savais pas vraiment pourquoi d'ailleurs, peut-être était-ce à cause des loups, ou alors était-ce à cause du fait que j'étais un bon gars. Oui, un "bon gars" comme disait la vieille voisine de ma famille adoptive, le genre de bon gars qui ne peut rien refuser à personne et qui se laisse marcher dessus sans rien dire; le genre de bon gars à qui on peut confier sa merde en sachant que dans 10minutes, tout sera nickel. Oui, j'étais ce genre de bon gars-là. Mais après tout, ça ne me dérangeait pas plus que ça. J'étais arrivé dans cette ville nu comme un vers, et amnésique comme un poisson rouge, et on m'avait accueilli à bras ouvert sans rien demander en retour, et jamais je n'aurais pu leur être assez reconnaissant pour tout ce qu'ils m'avaient offert. Foyer, amour, amitié et compréhension. Pas de pitié, en tout cas, pas ouvertement.

J'avais donc été, armé de deux immenses seaux remplis de viande fraîche, auxquels j’avais de temps en temps jeté des regards avides, m’enfoncer dans la forêt où rôdaient les prédateurs de la nuit. Les loups. Aussi vifs et aiguisés qu’un couteau, avec des sens extrêmement développés, ils étaient de redoutables prédateurs, ainsi que des ennemis fort imprévisibles. Mieux ne valait pas se mettre un loup à dos, je peux vous l’assurer. Ils ont un sens de l’honneur assez prononcé, et une mémoire olfactive hors du commun, pouvant pister la trace des ombres les plus volatiles. Je me demandais même parfois s’il n’était pas mieux de se mettre un loup garou à dos plutôt qu’un loup, car doté d’une petite once d’humanité, ceux-là pourraient vous épargner la vie tandis que ces derniers ne pourraient vous laisser vivre si leur honneur en dépendait. Mais dans l’autre cas, vous auriez plus de chances de mourir dans d’atroces souffrances. L’un dans l’autre, mieux valait rester sagement tranquille dans sa petite vie, ne pas se mélanger aux loups, et tout irait pour le mieux dans le plus beau des mondes. Je m’étais souvent demandé ce qu’aurait été ma vie si je n’avais pas été lycanthrope, je n’aurais pas eu à vivre seul aujourd’hui, je n’aurais pas eu à craindre de perdre le contrôle à chaque lune, j’aurais pu mener une existence plus paisible… Si à mon arrivée en ville, j’étais déjà un loup garou, je me doutais bien que je n’étais sûrement pas né ainsi, et que j’avais du causer du tort à certaines personnes, et pis encore, dans la vie que j’avais oubliée. Mais j’aurais pu tomber bien pire, j’aurais pu être un vampire.

Quand j’étais arrivé, les loups ne s’étaient pas priés pour se ruer sur les seaux alors que le vieux garde m’avait assuré qu’ils ne se montraient que rarement lorsqu’il venait leur ramener leur viande. Peut-être avaient-ils reconnu mon appartenance à leur race ? Du moins en partie. Cela m’étonnait aussi d’ailleurs, car bien que vivant en meute, les loups acceptaient difficilement un « étranger ». Mais je n’en fis guère outre mesure. Je les avais juste regardés de loin, dévorant chaque muscle et tissu de ces viandes rouges jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien, avant de rentrer chez moi.
Déposant les deux seaux près de la porte en me promettant de les ramener aussi tôt que possible chez le vieil homme qui me les avait confiés, je rentrai dans ma petite maison, où je ne me sentais nullement à l’étroit malgré sa petite taille. J’avais tout ce qu’il me fallait, je ne manquais de rien, et je n’avais besoin de rien d’autre, si ce n’est un peu de compagnie de temps en temps. J’avais rénové cette petite maison, qui s’apparentait plus à un chalet miniature, avec mon père adoptif juste un peu avant sa mort. Ses enfants ont décidé qu’elle me revenait de droit, puisque j’y avais dépensé nombreux de mes souffles. Ne voulant peser plus sur les bras de ma veuve mère, j’avais vite décidé de partir m’installer seul, et de vivre de ma propre sueur. Et voilà, ma petite maison rien qu’à moi, avec ces trois seules petites pièces, dont un chambre, une petite salle de bain, et une dernière pièce qui me servait à la fois de cuisine, de salon et de salle à manger.
J’ouvris le frigo pour en sortir une bouteille d’eau fraiche que je bus d’un trait, et refermai le frigo tout en regardant les post-it que j’y avais collés. « Nourrir les loups. » J’arrachai le petit papier gris et le froissai en le jetant à la poubelle. Il n’en restait guère beaucoup, mais je savais bien qu’en rentrant ce soir, mon répondeur serait bourré de messages divers me demandant un service à droite à gauche. Avec un sourire las, je décrochai l’un des post-it. « réparer la fuite du gymnase ». Ah oui, le gymnase, j’avais failli oublier. J’attrapai ma veste au vol avant de sortir d’un pas décidé. Il ne me restait que cette tâche pour aujourd’hui, autant l’accomplir vite fait, bien fait.
Heureusement, l’école n’était pas encore trop loin, à une quinzaine de minutes à pied seulement, et j’étais plutôt vite arrivé. Il était bientôt 18h passées, et la nuit allait vite tomber. En plus de ça, il pleuvait, merci mère nature. Armé de ma boite à outils, je traversai l’école d’un pas vif, tandis que certains élèves trainaient encore, rechignant à rentrer pour retrouver leur famille qu’ils qualifiaient souvent de « lourde », et arrivai vite au gymnase où on m’avait indiqué une fuite, dans un coin de la salle. Mais en arrivant, je me rendis compte que je n’étais pas seul. En poussant doucement la grande porte coupe-feu, je vis une jeune fille, de 16ans, peut-être 17, s’entrainer sur le parquet de la salle. Habillée d’un simple short marine et d’un t-shirt gris bien trop large pour elle, elle exécutait et enchainait des figures, mêlant plusieurs sports de combats et arts martiaux différents. Sa rapidité, sa dextérité et son agilité m’informèrent que ce n’était sûrement pas la première fois qu’elle faisait ce genre de chose. Elle était assez élancée, et plutôt robuste, bien qu’elle eu l’air légère comme une plume. Je n’aurais pas voulu être à la place de son adversaire imaginaire, croyez-moi. Néanmoins, je devais tout de même lui demander de quitter les lieux, étant donné que je devais me mettre rapidement au travail si je voulais rentrer à temps. Lune aujourd’hui oblige.
Je m’avançai d’un pas décidé vers elle avec l’intention de l’interpeller, mais peut-être avais-je fait un peu trop vite, et un peu trop au pas de loups, car elle ne remarqua pas ma présence et m’envoya presque son pied dans la figure tandis que je n’étais qu’à quelques centimètres d’elle. Heureusement que j’étais un lycanthrope, et que mes reflexes développés m’avaient permis d’éviter le coup sans avoir l’air de prévoir le coup. Mais elle, se retrouva les fesses par terre, avec un grand bruit sourd.


- A un cheveux près et il perdait un oeil celui-là, marmona-t-elle la tête dans les mains.

Je me précipitai pour lui tendre la main, et voir si elle n’avait rien de cassé, car c’était un peu ma faute si elle était tombé, faut dire ce qu’il y a.


- Tout va bien ? Je suis désolé de vous avoir surprise ainsi.


En lui tendant la main, je vis ses joues virer au rouge, mais plus encore, je rencontrai son regard d’azur, dans lequel je me noyai instantanément. Avec ses traits fins, ses yeux envoutants, ses cheveux aux reflets blonds et ses airs autant menaçants qu’innocents, je savais que je n’avais pas affaire à n’importe qui. Elle tira un peu sur son short d’un air gêné.

- Je suis venu réparer une fuite, mais si vous êtes occupée, je ferai ça un autre jour, déclarai-je avec un grand sourire. Pas la peine de la mettre plus encore dans l’embarras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Charlie Rosenberry

Humainavatar

Messages : 87
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 23
Localisation : Mystic Falls
MessageSujet: Re: L'homme est un loup pour l'homme. (PV)   Lun 6 Fév - 8:49

J'étais un peu gênée. Après tout, j'étais nouvelle dans cette petite ville, et je ne connaissais pas grand monde. J'ignorais tout de son identité, et encore moins ce qui l'avait amené si tard dans une école déserte sous une pluie à ne pas mettre un chien dehors. Dis comme ça, sa présence paraissait bien suspicieuse. Discrètement, je vérifiai que sous mon t-shirt trop large se trouvait bien les deux flacons de verveine. J'en avais aussi pour les loups-garou, dans mon sac à dos posé contre le miroir, mais je doutais de tomber sur une de ces créatures. Elles étaient si peu nombreuses, premièrement car elle ne pouvaient se défendre que lors de la pleine lune, et enfin, parce que le prix à payer pour accèder à cette transformation était bien lourde... Voilà pourquoi il était impossible de faire confiance à un loup-garou.

J'avais peut-être tord de m'interroger sur l'indentité du jeune homme, car il me tendit la main avec un regard sincèrement inquiet. Je la prise avec une seconde d'hésitation. Ses doigts étaient doux, mais sa paume étrangement rugueuse. Un vertige me pris en me relevant, et je dus cligner des paupière plusieurs fois pour me reprendre. Sans doute m'étais-je trop entraînée.. Qu'est-ce que cela pouvait être d'autre ?

- Tout va bien ? Je suis désolé de vous avoir surprise ainsi.

Je remis une mèche de cheveux échappée de ma couette derrière mon oreille. C'était tout de même gênant de se ramasser devant un gars super mignon, et qui avait l'air, qui plus est, super gentil. J'avais rarement eu l'occasion de rencontrer des garçons comme lui... Lorsque j'étais partie de la maison, à la mort de ma grand-mère, je m'étais entièrement dédiée à la recherche de mon passé. Pas vraiment le temps pour batifoler, en somme. Je ne me sentais pas très à l'aise avec autre chose qu'un vampire avec un bon vieux pieu enfoncé dans le coeur. Pas vraiment le genre de relation qu'une jeune fille de 16ans devrait avoir, je vous l'accorde.

- Oui, répondis-je doucement en baissant les yeux. Ce n'est rien.

En effet j'avais connu bien pire, bon nombre de cicatrices pouvaient en témoigner. Mais dire que quelques bleu sur les fesses n'étaient rien par rapport à une morsure de vampire aurait été un peu malvenu.

-Je suis venu réparer une fuite, mais si vous êtes occupée, je ferai ça un autre jour, continua-t-il en souriant.

Il avait vraiment l'air gentil. Mais s'il y avait une chose que je savais, c'était qu'un garçon ne pouvait pas être beau, gentil, et intelligent. Soit il était donc tout à fait stupide (ce dont il n'avait pas l'air), soit il y avait croc sous roche.

- Oh, non, pas de soucis, j'allais partir !

C'était un mensonge, je comptais m'entraîner encore quelques heures, mais je n'avais aucunes raison apparentes de m'acharner autant. Je commençai à rassembler mes affaires, un peu éparpillées dans la salle, lorsque les deux flacons contenant la verveine glissèrent de sous mon t-shirt, se brisant sur le parquet de la salle de gym. J'allais jetai un regard pour guetter la réaction du jeune garçon, lorsqu'un énorme coup de tonnerre retentit, suivit d'un bruit assourdissant qui fit trembler le gymnase. Au même moments, les plombs sautèrent, laissant la salle dans le noir de la nuit, seulement éclairé par moment grâce aux éclairs.

Je me glissai silencieusement vers mon sac, saisissant un crayon, que je coinçai dans mon short, et enfin le flacon de Acotinum Vulparia qui me restait. On ne savait jamais, et cette fois-ci, je ne comptais rien laissé tomber. Toujours aussi silencieusement, je revins près de l'endroit où le jeune homme se trouvait. D'après ce que je pouvais en juger, il n'avait pas bougé, à moins qu'il ne se déplace encore plus silencieusement que moi.

- Les plombs ont dû sauté... Mais ils sont dans l'autre batîment, celui des sciences.

Sans vraiment me préoccuper de lui, je m'avançai vers la baie vitre qui donnait sur l'extérieur. Je l'ouvris en grand, et une rafale de vent glacé s'engouffra dans la pièce. Sans même broncher je jetai un regard à l'extérieur, et je ne pus m'empêcher de pousser un cri. Je refermai la porte précipitement et avec difficultés.

- Bon sang... La cour est totalement inondée, et un arbre est tombé sur le batiment des sciences.. On ne pourra pas sortir de si tôt.

J'étais trempée, fatiguée, et je n'avais qu'une envie : rentrer chez moi. Surtout lorsque j'aperçus la lune ronde et blonde à mis chemin dans le ciel sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'homme est un loup pour l'homme. (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'homme est un loup pour l'homme. (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quêtes : L'homme est un loup pour l'homme et un porc pour la femme. {Godfrey et Edward}
» l o u ♣ l'homme est un loup pour l'homme ; e. c
» "L'homme est un loup pour l'homme"
» L'Homme est un loup pour l'Homme. (Alfriston)
» l'homme est un loup pour l'homme. (victor) (+18)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Mystic Falls :: Lycée :: Gymnase-