Partagez | 
 

 Elenitsa { fini }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

MessageSujet: Elenitsa { fini }   Sam 11 Fév - 21:52

Elenitsa Z. Wrzesinska
1 000 ans ♣ Vampire originel ♣ La chasse a l'homme
| feat Rosie Huntington-Whiteley|



Histoire

Partie I : Infortune nocturne

Je ne sais plus le nombre d’hivers qui se sont écoulés depuis ma déchéance dans ce corps maudit dans lequel je suis enfermée pour une Eternité de tourments encore, j’ai arrêté de compter depuis fort longtemps. Mes souvenirs s’effacent tandis que de nouveaux, plus récents prennent place, mais je n’ai pas oublié ces moments marquants de ma funeste histoire miséreuse, tout comme je n’oublie jamais ce que je suis devenue par les aléas de l’infortune… Pourtant je désirerais fortement que tout ceci et moi-même tombions dans la désuétude, mais nous ne choisissons pas nos souvenirs malheureusement… sinon nous n’en garderions que les plus délicats et colorés, pour ma part cela ne signifie plus rien, ne connaissant plus la signification du terme « joie », « aponie » et « ataraxie ». Malgré la quantité importante d’eau s’étant écoulée sous les ponts, ces souvenirs, ces images, restent intacts, tels des fantômes immortels venant nous hanter dans une danse macabre de Souffrances, lorsque nos esprits sont pris de faiblesses lors de leur torpeur. Je ne m’en débarrasserai certainement jamais, mais j’ai appris à vivre avec maintenant, certes avec de nombreuses difficultés à accepter ce que je suis à ce jour, tout comme poursuivre une nouvelle existence avec toutes les contraintes de ce corps damné. Soit, ce fut long, mais je me redécouvre peu à peu, gardant les séquelles passées au fond de mon être, même si elles resurgissent en prenant possession du théâtre de ma conscience spontanément. Je regrette beaucoup d’éléments depuis ces événements : comme l’étreinte glacée de la Mort accompagnée de son souffle frais, la douceur des caresses chaleureuses des rayons éclatants de l’astre solaire, mais surtout, la délicatesse des pétales des roses cramoisies. Ces dernières semblent, malheureusement, pourrir et se fanent lorsque j’essaye de les embrasser comme j’avais coutume de le faire… Me baigner dans un océan de pétales, tel était mon rêve de jeune fille, un jardin éblouissant de couleurs par la reine des fleurs.

La danseuse des ombres, c’était sous cette dénomination que j’accomplissais mon sombre métier en dehors des lois dans les quartiers obscures de la capitale. Dans les ténèbres, et contre des sommes d’argent plus ou moins modestes selon le contrat, j’assassinais les cibles que l’on me désignait, avec discrétion, rapidité, agilité, et toutes les qualités que cette branche requiert. J’agissais en solitaire, toujours, n’ayant que ma victime comme partenaire dans ma danse fatale et tranchante. N’ayant peu de forces, et encore maintenant malgré mon nouveau corps, je ne comptais uniquement sur ma vélocité et ma précision pour abattre ma proie, cette agilité fut source de mon surnom. De nos jours, cette vocation ne semble plus subsister, peu de personnes pourraient s’imaginer encore fidèlement les conditions de ces contrats. A plusieurs reprises, ma piètre existence de « pourriture », tel on nous nommait, fut épargnée des griffes acérées de la Mort de peu. J’échappais à la justice en agissant dans l’ombre, mais je fus victime de quelques trahisons et autres stratagèmes visant à mettre un terme à mon activité tout en démasquant mon identité civile, pour bafouer mon nom sur l’échafaud en coupant mon dernier lien avec la vie. Cependant, je réussis toujours à me sortir de ces impasses ardues, sauf de l’une faisant de moi ce que je suis aujourd’hui. Je n’ai malheureusement que peu de souvenirs de cette existence passée en temps que simple humaine à la vie pitoyable parmi l’immondice de la société. Seules les images reconstituants cet événement venu troubler mon être persistent dans mes mémoires.

Tout ceci se déroula durant l’hiver, tandis que la neige recouvrait les plaines, que les vents glacés pétrifiaient nos corps jusque nos os, que le soleil apportait faiblement ses radieux rayons pour réchauffer nos peaux gelées. Le froid et la Mort dominent souvent cette saison, tout comme la Souffrance en général, davantage lors de cette année ci où elle fut rude.Mais les conditions n’influençaient pas mon travail nocturne, et les contrats se poursuivaient quelques soient les températures glaciales. J’acceptais la majeure partie des contrats m’étant proposés, pour m’assurer la survie durant cette période peu favorable, je n’aurais pas dû accepter lors de ce soir là… Alors que le crépuscule venait de tomber sur les contrées enneigées, je me rendis en direction de ma prochaine source de revenue, ma victime. Elle vivait dans une sorte de manoir abandonné, une riche bâtisse portant les marques des âges dans laquelle je devais m’infiltrer. La Lune était forte brillante lors de ce soir, et le ciel étoilé l’accompagnant semblait de mauvais augure avec ses nuages sombres venant parfois dissimuler l’astre des amants et poètes, je n’y fis attention, étant concentrée sur la réussite de mon travail et aux informations de mon investigateur. D’après ses dires, ma cible semblait éprouver quelques attraits aux promenades nocturnes, de ce fait, je l’attendais pour sortir de l’ombre et boucler efficacement cette tâche.

L’attente fut courte, l’ascension de la lune dans le ciel était déjà fortement avancée lors de mon arrivée sur les lieux. Mais rien ne se déroula comme prévu, on ne m’avait prévenue de ce qu’était réellement ma cible. Je ne m’attendais pas, et ce fut avec une forte stupeur lors du moment où je vis l’individu se relever après l’un de mes coups de lames mortels dans le cou, que je constatai que je n’avais affaire à un être humain. Ses yeux écarlates brillaient dans l’obscurité, je ne savais pas de quoi il s’agissait, une angoisse s’emparait de mon être peu à peu. Quel était ce monstre devant moi ? Je ne pouvais plus fuir, et j’engageai le combat téméraire contre ce dernier. Il ricanait pendant qu’il esquivait mes attaques pourtant réputées pour leur rapidité, et encore maintenant j’entends son rire vaniteux dans mon esprit. Je pouvais distinguer des crocs épais à la place de ses canines, et commençais à appréhender la créature en face de moi. Il jouait avec moi comme un chat avec une souris, je le sentais, et la peur m’envahissait davantage à chaque seconde où je le voyais prendre plaisir tandis qu’il me torturait psychiquement. J’étais totalement faible face à ce vampire, qui, d’une seconde à l’autre, certainement lassé de ce petit jeu, se retrouva derrière moi, me tenant d’une force surhumaine. Une panique parcourut mon corps, tout comme le frisson de peur dans mon échine, je voulais crier mais j’étais totalement paralysée. Je ressens encore aujourd’hui la sensation qui parcourut mon corps tandis que ses crocs perforèrent ma nuque et que mon sang coulait délicatement dans sa gorge, tandis que ma vie me quittait peu à peu pour nourrir son immortalité. Je pensais expirer mes derniers souffles sentant mon corps se refroidir au milieu de ces fleurs de neiges tombantes et oscillantes appelées flocons, mais non… il s’agissait d’un sang-pur, et ceci marqua le début de ma tourmente.

Partie II Fortune Tourmentée

Je me réveillai, contre toute attente, au milieu d’une pièce sombre, luxueuse aux décorations multiples et élégantes, une véritable chambre de comtesse. Les tableaux étaient richement ornés de reliures en or, un blason, accompagné de lames médiévales, surplombaient ce lit aux draps de princesses. Je n’avais coutumes de voir ce genre de lieux avec mes origines disgracieuses, mais je fus totalement éblouie par toute cette élégance et noblesse se présentant devant mes yeux cramoisis. Un homme se tenait devant moi, vêtu tel un aristocrate, dans son langage riche et varié, il s’occupait de moi, me posant plusieurs questions. J’étais troublée de tous ces événements et ne savais exactement que répondre, mais je peux le remercier grandement de m’avoir guidée, éduquée et élevée dans l‘aristocratie. Marius, c’était son nom, un jeune vampire aristocrate qui possédait un attrait, au début incompréhensible, pour ma personne… Opposé parfait de notre maître au sang-pur, ce dernier me laissant pourrir dans mon coin en attendant que la fatalité s’occupe de mon sort. J’étais condamnée à être prise de démence tôt ou tard, je ne comprenais pas les raisons de cet aristocrate de se pencher sur ma destinée… comme s’il voyait ce que je ne pouvais ni appréhender ni percevoir. Au début de cette nouvelle conscience, cette nouvelle existence, j’étais totalement perdue, je ne pouvais m’imaginer la présence de vampires dans notre société… et en être devenue une ! Mais cet homme ne me laissa tomber en désuétude, et me conta l’histoire de ces êtres si particuliers, leurs existences, la hiérarchie que je bafoue maintenant. Il me glissa à l’oreille quelques mots pour échapper à cette fatalité qui s’abattait sur moi comme un châtiment. « Un jour, l’heure viendra où tu boiras le sang de notre maître, et, à ce moment, tu seras de nouveau libre. Mais je ne suis disposé à t’aider, bien au contraire mon devoir est de protéger notre maître. »

Mon existence fut grandement bouleversée, et l’adaptation rude lors de mes premiers pas en temps que vampire, j’étais condamnée à dégénérer dans une folie ascendante et progressive. Il me l’avait expliquée, la Mort n’avait jamais été aussi plaisante pour mes lèvres désireuses d’échanger ma vie à travers ce baiser fatal. Je me sentais désemparée face à ce destin qui m’attendait, ce supplice, cette longue destruction lente torturant ma conscience. Mais ce vampire de la haute aristocratie ne m’abandonnait pas pour autant, mon sort l’intéressait, plongeant souvent son regard dans le mien, perdu et vide, comme s’il pouvait m’élever et me tirer des griffes de la fatalité. A plusieurs tentatives, je tentai de me donner la mort, ne supportant ma nouvelle existence tourmentée et maudite, ce qui, je suppose, est certainement courant chez les humains transformés en vampires, mais il fallut qu’il eut été présent à chacune… me sauvant de l’étreinte glacée contre mon gré. Je refusais simplement ma nature, cette vie engouffrée dans la déchéance, cette Souffrance Eternelle de me voir disparaître peu à peu… Je m’habituais à ma nouvelle apparence et ma transformation en ces individus aussi nobles qu’à l’âme putréfiée de péchés, seul mon sort inévitable, en réalité était source de mes Lamentations et des tortures de mon esprit fragile… Dans ce dernier, se déroulait un menuet entre moi, le Tourment, et l’Eternité, dansant ensembles sous une mélodie ténébreuse aux notes glaciales de violons déchirés, ils ne s’arrêtent jamais… ils jouent encore et toujours, immortels, tandis que je sème la mort, omniprésente dans cet air sinistre, autour de moi, sur le cou de mes victimes.

Nous passâmes de nombreuses années, peut-être siècles ensemble, créant un lien fort entre nos deux existences opposées, un aristocrate et un rejeton de la pourriture sociale s’élevant dans la noblesse peu à peu.. Je ne peux décrire dans la précision ces sensations qui parcouraient ma poitrine durant cette période, peut-être que vous appelez cela l’Amour, je ne sais pas s’il s’agit de cela, tout ceci étant inconnu pour mon âme tourmentée. Je n’appréhende la douceur et beauté de ce sentiment particulier uniquement à travers les descriptions lyriques, romantiques et poétiques sur ce sujet… même si ce genre d’écrits niais reste délicieux pour mon âme délicate.

Nous menions nos existences solitaires en nous nourrissant de quelques victimes dans de somptueux repas, où nous nous invitions mutuellement dans l’intimité de nos crimes. D’autre part, ce jeu de chasse avec les humains s’est révélé pour ma part, fortement excitant. J’éprouvais un véritable délice malicieux, un vil plaisir infécond à séduire ma proie et l’attirer dans ma couche n’étant que son futur cercueil. Je laissais le charme et l’envoûtement s’installer confortablement dans un lit de délicatesse, laissant germer la fleur interdite du désir charnelle en moi comme en ma victime. J’attendais pour m’enivrer de ce met onctueux, je savourais les plaisirs de ces moments aussi funestes qu’extasiant. Je respirais son délicat parfum, cet onguent parcourant ses veines tandis que nos corps ardents s’entremêlaient dans ces étreintes complexes et caresses intimes. Je patientais encore et toujours attendant le moment opportun, ce moment où nos chairs étaient envahies de la chaleur de nos désirs prohibés, cette seconde où nos sangs se mettaient à bouillonner en débordant d’envies. Quand ce tourbillon de délices était à son sommet, avant que nous entamions ce plaisir charnel n’étant qu’un piège de mon vice immonde pour l’attirer dans le creux de mes bras pour planter mes griffes dans son dos… je bondissais sur son cou pour y planter mes crocs et atteindre mon extase finale en glissant dans ma gorge le goût succulent de son sang. Il est tellement aisé de manipuler les esprits humains… ils sont tellement superficiels que les attraits du corps les conduisent facilement dans leurs tombes sous nos canines acérées. Parfois je vins même à les charmer en utilisant cet art merveilleux, dont je ne peux que faire l’éloge tellement il procure en moi de profondes rêveries légères et douces, le lyrisme avec une poigne de romantisme.

L'amour que je portais pour Marius, c'est réveiller beaucoup plus dure a supportais. .J'avais pris la décision de lui dire enfin se que je ressentais pour lui. Mais la tâche serais dure. Je pris, en quelque seconde, une confiance surprenante en moi et marcha dans la direction de Marius. Sens même lui laisser le temps de dire un mot, je posa mes douce et tendre lèvres sur les siennes. Un baiser qui va changer notre vie.

Depuis ce jour, de nombreux hivers ont défilé sous nos regards de vampires, nous vivions que tous les deux, dans notre solitude où il perfectionnait mon art du combat. Régulièrement, je me trouvais en face de lui comme adversaire, me rendant capable de tenir tête à un vampire aristocrate aisément, même si ma défaite reste inévitable.

Cella fait quelque jours que je suis dans cette petite ville. Et je me suis bien intégrer a c'est nouvelle proies., mais j'ai quelque peut remarquer, que la ville été peupler de nombreux vampires, inconnue pour moi, mais d'autre créature surprenante. Amis ?! Ennemies ?! A voir.



Physique

Malgré son âge fortement avancé, son corps éternel a gardé les traits fins et délicats de sa jeunesse passée, comme tous les autres vampires, Elenitsa possède cette rare beauté dont le temps ne semble ternir son visage radieux. Mince à la poitrine relativement correcte, et à première apparence fragile, elle reste cependant très agile bien que peu endurante et robuste, contrairement à la majorité des êtres de son espèce réputés pour leurs forces physiques. Sa taille moyenne, un mètre soixante cinq environ, accentue se côté vulnérable mais comme on le dit si bien… il faut se méfier des apparences.

Derrière son visage angélique au teint pâle et au sourire envoûtant de désir, se cache sa véritable nature de vampire, sous l’apparence de ses crocs et son regard cramoisi de sauvagerie instinctive, repoussant davantage à l’idée d’essayer de s’attirer les avances de la charmante demoiselle. Un point reste particulier sur son apparence de femme fatale -au sens propre du terme-, mettant souvent le doute sur la personne : sa longue chevelure de blé, blond comme le soleil. Cette dernière descend jusqu’au creux du dos et témoigne des siècles qui s’écoulèrent sous son existence maudite.

Ce physique albinos ajoute dans son essence un somptueux mélange de douceurs, de mystères accompagnés d’angoisses. Elenitsa semble être ce que l’on peut nommer une délicate rose blanche aux épines empoisonnées, à la fois attirante et mortelle si l’on ne fait attention à ses épines. Bien qu’aux origines peu nobles, la jeune femme vampire possède de nombreuses aspirations à l’aristocratie.

Sa tenue vestimentaire est conforme à ces idéaux majestueux. Elle revêt en général une longue robe d’un bleu sombre en corset, où se mêle de la dentelle élégante à certains endroits. Quelques motifs de roses viennent orner ses habits, pour son goût personnel à l’égard de la reine des fleurs. Sous cette noble robe descendant jusqu’au niveau de ses chevilles.

Caractère


Elenitsa reste un subtil mélange de sensibilité et de froideur. En effet, elle possède un fort attrait à l’élégance, de préférence dans l’éloquence et la noblesse des paroles, elle est fortement sensible à cette forme d’art, poésie et lyrisme l’attirent bien qu’elle le dissimule pour ne montrer ses faiblesses, et s’en sert pour uniquement charmer sa future proie. Il lui arrive donc de temps à autres d’écrire quelques vers sur la Nature, sa nature ou ses émotions, mais ce genre d’écrits sont bien cachés par ses soins.

A côté de cette sensibilité pouvant figurer de faiblesse de son âme déchirée et tourmentée, Elenitsa enferme cette partie secrète de son cœur à travers une barrière de glace tranchante, derrière un caractère froid, insensible, manquant d’empathie et de sympathie aux premiers abords, pouvant aller jusqu’à la colère et la Haine. Paradoxalement à ce qui est au fond d’elle, ce comportement donne l’illusion d’un caractère fort plus ou moins indomptable.

A côté de cette personnalité particulière, héritage de sa vie antérieure d’humaine et de son existence de vampire et son goût pour l’aristocratie, Elenitsa est victime de quelques folies passagères et anachroniques. En effet, elle s’est libérée de sa fatalité de sombrer dans une folie totale in extremis, mais cela ne fut sans séquelles dans son corps et son esprit. Elle ne peut contrôler ces crises de démence survenant à l’improviste qui sont semblables à une soif intense d’une tension élevée. La majeure partie de ces folies plus ou moins courtes, prennent place lorsque sa conscience faiblit, c’est-à-dire lors de son repos, peu avant de tomber dans le monde délicats des rêveries. Elle perd le contrôle de son corps durant le temps de cette démence dont elle ne peut se défaire, à la recherche essentiellement de sang frais. Si elle n’est pas calmée par l’une des personnes présentes pour la maîtriser –qu’elle aura certainement essayée d’attaquer au passage- elle redeviendra lucide au fil de l’atténuation des symptômes. Ces moments de folies restent cependant marqués dans ses mémoires et viennent souvent troubler son sommeil, elle est consciente lors de ces moments, mais incapables d’agir contre cette force intérieure. Il vaut mieux essayer de ne pas être présent lors de ces moments, on ne sait jamais ce dont elle est capable…

Derrière l’écran

Pseudo Réglisse Age 18
Impression du forum super beau <3
Activité 7/7
Code HOT DOG
D'où as-tu trouvé le forum ? sur un super site xD GOOGLE



© Lyline on Twi-Art


Dernière édition par Elenitsa Z. Wrzesinska le Sam 11 Fév - 22:36, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Damon Salvatore

Modérateuravatar

Messages : 208
Date d'inscription : 19/11/2011
Age : 24
Localisation : Dans les bars de Mystic Falls, à traquer sa future proie
MessageSujet: Re: Elenitsa { fini }   Sam 11 Fév - 22:18

Bienvenue parmis nous, seulement, ton personnage, est-il un vampire ou un vampire originel ? Parce que pour l'instant nous avons un peu trop de vampire et nous recherchons plus un vampire originel :)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Elenitsa { fini }   Sam 11 Fév - 22:22

C'est un vampire, mais les originels c'est que Elijah, Niklaus non ?! Donc je ne peut pas dire que mon personnage est un originel ?!
Revenir en haut Aller en bas

Damon Salvatore

Modérateuravatar

Messages : 208
Date d'inscription : 19/11/2011
Age : 24
Localisation : Dans les bars de Mystic Falls, à traquer sa future proie
MessageSujet: Re: Elenitsa { fini }   Sam 11 Fév - 22:25

Normalement oui, mais comme nous ne nous inspirons pas que de la série, nous avons décidé d'ouvrir un peu les portes plus largement, certes, c'est toujours Michael & sa femme qui ont trouvé comme faire en sorte de créer des vampires, mais par exemple tu peux toujours avoir eu un lien avec eux ou quelque chose dans ce genre là. Parce que quand on y pense sinon nous aurions que deux voir trois vampires originaux (:

Sinon, j'aime beaucop ton histoire !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Elenitsa { fini }   Sam 11 Fév - 22:26

a ok ^^ bon je peut alors dire que je suis une originelle?!

Pour mon histoire, elle convient ?!
Revenir en haut Aller en bas

Damon Salvatore

Modérateuravatar

Messages : 208
Date d'inscription : 19/11/2011
Age : 24
Localisation : Dans les bars de Mystic Falls, à traquer sa future proie
MessageSujet: Re: Elenitsa { fini }   Sam 11 Fév - 22:28

Oui c'est ok !
Tu auras tes couleurs dès que tu auras rempli le "derrière l'écran" :)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Elenitsa { fini }   Sam 11 Fév - 22:33

Voila voila xD j'ai fini ma fiche
Revenir en haut Aller en bas

Charlie Rosenberry

Humainavatar

Messages : 87
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 24
Localisation : Mystic Falls
MessageSujet: Re: Elenitsa { fini }   Dim 12 Fév - 0:20

Bienvenue sur Moonstone :lovee:

J'adore ton histoire, tu écris super bien :snif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Elenitsa { fini }   Dim 12 Fév - 1:08

    Bienvenue vampirette originelle =3
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Elenitsa { fini }   Dim 12 Fév - 4:33

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas

Jenna Sommers

Adminavatar

Messages : 30
Date d'inscription : 19/11/2011
MessageSujet: Re: Elenitsa { fini }   Dim 12 Fév - 4:35

Bienvenue sur Moonstone (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Elenitsa { fini }   Dim 12 Fév - 7:11

merci a vous tous xD
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Elenitsa { fini }   

Revenir en haut Aller en bas
 

Elenitsa { fini }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors jeu :: Corbeille-